Comment vivre sans ironie [audio]

Christy Wampole, collaboratrice au New York Times, a écrit récemment un texte sur les conséquences de la culture ironique, entre autres portée par les hipsters. Elle explique ses idées au micro de Q à CBC Radio One.

Ajout : Christy Wampole a aussi été l’invitée de Catherine Perrin sur les ondes de la Première Chaîne de Radio-Canada.


(Cliquez sur le lecteur pour entendre l’extrait. Durée: 17:47. Archive du 21 novembre 2012, Q, CBC Radio One.)

Crédit photo: Leif Parsons.

Comments

2 Comments so far. Comments are closed.
  1. Dans sa biographie de David Foster Wallace (Every Love Story Is a Ghost Story. A Life of David Foster Wallace, 2012), D.T. Max explique l’«évolution» littéraire de l’écrivain par son passage de l’ironie (The Broom of the System, 1987) à la sincérité (Infinite Jest, 1996).

  2. xkr,

    Analyse intéressante et importante. Des fois, j’ai l’impression qu’elle s’applique aussi au showbusiness québécois, ou encore à notre classe politicienne, qui demeure piégée au stade ironique.