Bio

J’ai complété un baccalauréat en Communication, rédaction et multimédia en 2004 à l’Université de Sherbrooke. J’y ai fait mes classes en théories de la communication, en web et en rédaction, et y ai dirigé 3 ou 4 numéros du journal étudiant de la faculté.

Je termine mon baccalauréat à Paris à la licence en Information-communication scientifique et technique de l’Université Denis-Diderot grâce à un échange CRÉPUQ. Le département propose un enseignement où le journalisme côtoie l’histoire des sciences et les enjeux de la vulgarisation scientifique.

J’ai par la suite complété une maîtrise, toujours à l’Université Denis-Diderot, notamment avec Ignacio Ramonet, et ai rédigé un mémoire dans lequel je compare, à partir d’un échantillon de deux semaines, la représentation du monde que fait France 2 et Radio-Canada par le biais de leur journal télévisé de 20 h. C’est à ce moment que je publie mes premiers textes dans le magazine montréalais P45. De retour au pays en 2005, je reprend en main le magazine et entame 6 années de journalisme créatif et d’expérimentation web.

J’intègre le centre d’art sonore et électronique Avatar, à Québec, de 2005 à 2007, à titre d’adjoint administratif à la programmation, et enchaîne sur la même période les piges pour le Voir, le Nightlife, etc. En 2007, à Montréal, j’intègre Radio-Canada comme édimestre pour Macadam tribus. Je travaille ensuite à différentes affectations à la radio de Radio-Canada, dont un an et demi en tant qu’édimestre d’Espace musique et d’Espace classique.

J’occupe le poste de responsable des réseaux sociaux de Radio-Canada et gestionnaire des communautés d’ICI Tou.tv depuis février 2010. En 2012, j’ai fondé Radio-Canada Lab, une communauté qui réfléchit sur les notions d’innovation et d’engagement du service public et qui participe à la accélérer la culture numérique au sein de l’institution et de la société.

Je crois à une culture numérique réfléchie qui favorise l’expansion de la société du savoir, où la technologie est au service de la participation citoyenne et non l’inverse. Mes projets sont inspirés par les valeurs propres à l’économie du partage et à l’esprit start-up que sont le partage, la transparence, la collaboration et le sens civique.

Dans mes temps libres, je cours, joue au baseball, lis des romans policiers, commande des trucs par la poste et fait du vélo.